Mittelalter 2005/4
Heft 2005/4    2. Artikel

Château et bourg d'Yvoire

par Laetitia Toullec

La période allant du 12ème au 15ème siècles fut une période d'activité intense pour la formation de territoires autour du lac Léman. Tous les empires limitrophes avaient pour objectif de contrôler la route commerciale internationale reliant l'Italie à la France, la Bourgogne et le Saint Empire germanique. Vers la fin du 13ème siècle, les familles souveraines cherchaient par tous les moyens à obtenir le plus possible de ports de commerce, chacune tendant à la cohérence d'un territoire. Les guerres des comtes de Savoie contre les comtes de Genève et les Seigneurs de Faucigny furent à l'origine de l'imprécision des frontières.

Amédée V, comte de Savoie (1285–1323) a fondé et fortifié à cette époque un grand nombre de sites au bord du lac Léman: 1285/86 Morges, 1295 Rives (près de Thonon), 1302 La Trouvière et 1318 Rolle. A cette série vient s'ajouter en 1306 Yvoire, aux mains des Savoyards suite à un échange avec les seigneurs de Compey. Ses adversaires ne sont pas restés inactifs: Gaillard, Lullin, Coppet, Bonne en Faucigny sont nés à la même époque.

Entre Nernier et Rovorée, Yvoire est sur la pointe de la rive sud la plus avancée dans le lac et par conséquent un site avantagé. De là peut être contrôlée toute la navigation lacustre qui passe par le goulet entre le «petit lac» (Coppet, Versoix, Hermance et Genève) et le «grand lac» (Rolle, Thonon, Lausanne, Evian, Vevey et Chillon). Les Savoyards avaient pour objectif d'affaiblir l'influence de Genève vers l'est.

Entre 1306 et 1316 environ, la localité savoyarde d'Yvorne a été fortifiée par un rempart et des portes (images 2 et 3). Une bâtisse fortifiée, déjà en place à la pointe de la presqu'île, a été transformée en château en 1324/25 (image1).

Grâce aux comptes de châtellenie savoyards, nous sommes aujourd'hui bien informés sur la construction de la fortification du bourg et de celle du château. Les essences de bois mentionnées pour la construction sont le chêne, le sapin et le noyer. La pierre est composée de molasse (de Nyon et Coppet) et de tuf. Les matériaux, ainsi que les artisans impliqués, provenaient de différents sites répartis sur toute la région lémanique (images 4 et 5).

Seule la silhouette de la tour principale du château médiéval a été conservée – en 1925, l'intérieur de la tour a été transformé, devenant très confortable pour l'époque (image 1). Bien que le parcellaire du bourg médiéval soit encore bien reconnaissable (image 6), seule la Maison de Canton a subsisté. Son nom lui vient de son propriétaire de 1730. Il s'agit d'un bâtiment en forme de tour, d'une surface de 10 × 12 m, édifié sur deux étages et recouvert d'un toit à quatre pans de forme pyramidale (image 7).

Traduction: Sandrine Collet, Rosshäusern

Toullec, Laetitia : Burg und Städtchen Yvoire
Mittelalter – Moyen AgeMedioevoTemp medieval, Zeitschrift des Schweizerischen Burgenvereins, 10. Jahrgang 2005, Heft 4, .

platzhalter

 
platzhalter
 
 
DE
FR
IT
RO
 
Geschäftsstelle des Schweizerischen Burgenvereins · Blochmonterstrasse 22 · CH–4054 Basel
T +41 (0)61 361 24 44
info@burgenverein.ch / praesident@burgenverein.ch