Mittelalter 2012/1
Heft 2012/1    3. Artikel

Château de Saint Andreas à Cham (canton de Zoug) : analyse des recherches réalisées en 2009/2010

par Peter Holzer et Gabi Meier

Des travaux de transformation au château de Saint Andreas à Cham (canton de Zoug) ont donné l’opportunité à l’Archéologie cantonale zougoise d’examiner, en partie, le château et son environnement direct, au cours des années 2009 et 2010. Sous le mur d’enceinte actuel, de modestes vestiges d’un ancien mur ont été retrouvés. Celui–ci peut être identifié comme première phase de construction, et daté de l’époque précédant le 12e siècle. La thèse qui préconise que la Cours de "Cham", mentionnée dans un document officiel datant de 858 ap. J.–C., se situait à l’emplacement du château actuel, pourrait donc être corroborée par cette découverte. Au cours de la seconde phase de construction, le premier château a été érigé, dont la chemise a été conservée dans le château actuel jusqu’à une hauteur de 12,05 mètres. Une tranchée exploratoire à l’extérieur du château a révélé que l’aménagement était également protégé par un remblai et une fosse.

Au nord–est de la cours du château, se trouvait un bâtiment en pierres rectangulaire, accolé à la chemise. Des échantillons du mortier du mur laissent supposer une datation du château avec chemise remontant à la période entre la seconde moitié du 11e siècle et le premier tiers du 13e siècle.
Le complexe actuel a été complété, au cours de la troisième phase de construction, par un autre bâtiment en pierres, situé à l’est.

Au 13e/14e siècle, autour du château, un lotissement citadin s’était créé, auquel l’Empereur Charles IV accorda, en 1360, le droit de marché et le droit de bourgeoisie. Saint Andreas a été pris d’assaut par Zoug et Schwyz dans les années 1385/1386, au cours de la Guerre de Sempach.

En 1533, l’aménagement a été remis en état par le bailli Heinrich Schönbrunner, au cours d’une quatrième phase de construction. La cinquième phase de construction, comprend la division en deux pièces du bâtiment en pierres à l’est. La pièce du nord, dotée d’un fourneau et d’un évier, était apparemment utilisée comme cuisine. On peut supposer que ces travaux ont été réalisés sous Kaspar Brandenberg, qui a transformé le château entre 1620 et 1671. Au 18e siècle, l’aménagement a passé aux mains du cartographe et lieutenant–colonel Franz Fidel Landtwing, qui a fait aplanir le remblai et combler le fossé. Le complexe a été endommagé pendant l’occupation française en 1798. Les transformations qui ont donné naissance au château actuel ont été réalisées au cours de la sixième phase de construction, en 1908, et ont été réalisées par les architectes Fred Page et Dagobert Keiser.

Sandrine Wasem (Thun)

Holzer, Peter Meier, Gabi : Schloss St. Andreas in Cham (Kt. Zug): Auswertung der Untersuchungen 2009/2010
Mittelalter – Moyen AgeMedioevoTemp medieval, Zeitschrift des Schweizerischen Burgenvereins, 17. Jahrgang 2012, Heft 1, 34 - 61.

platzhalter

 
platzhalter
 
 
DE
FR
IT
RO
 
Geschäftsstelle des Schweizerischen Burgenvereins · Blochmonterstrasse 22 · CH–4054 Basel
T +41 (0)61 361 24 44
info@burgenverein.ch / praesident@burgenverein.ch