Mittelalter 2012/2
Heft 2012/2    1. Artikel

Archéologie castrale dans le canton de Lucerne – parcours à travers l’histoire de la recherche

par Peter Karrer

Selon l’état actuel des recherches, on recense dans le canton de Lucerne 97 châteaux forts et châteaux de plaisance, auxquels s’ajoutent 35 sites castraux présumés. Jusqu’ici, à peine un quart de ces édifices médiévaux de défense ou à caractère représentatif ont fait l’objet de fouilles archéologiques et d’études d’archéologie des élévations.

Depuis la fin du 19e siècle, les anciens sièges seigneuriaux sont venus progressivement éveiller l’intérêt de la science. Dans la première phase de l’archéologie castrale, ce furent surtout des sociétés d’histoire, des sociétés d’histoire locale et des particuliers qui, avec un grand dévouement, mais souvent aussi avec un profond manque de connaissances spécifiques méthodiques, ont étudiés les édifices défensifs. C’est à cette époque qu’ont été réalisés notamment les fouilles sur les plus grands sites castraux du canton, tels que la ruine d’Oberrinach près de Herlisberg en 1888 et 1940, le Nünegg près de Lieli en 1930/31 ou le château " Äusseren Burg " à Wolhusen 1930–35.

Avec la nomination du premier archéologue cantonal en 1954 et le remaniement des conditions–cadres légales en 1960, l’archéologie s’institutionnalisa et se professionnalisa, pour se retrouver définitivement soumise à la souveraineté étatique. Pourtant, un manque de ressources personnelles a eu pour conséquence que, même lors de transformations à caractère destructif de monuments historiques, le service d’archéologie ne s’est pas montré très enclin à s’activer et les clarifications archéologiques ou les analyses de la substance des objets concernés se sont retreintes au strict minimum. Des recherches de plus grande envergure, comme celles entreprises au château de Hasenburg près de Willisau en 1958/59 ou celles du Salbüel (Hergiswil près de Willisau) en 1982 n’ont vu le jour que sur l’initiative de personnes extérieures.

Ce n’est qu’à partir de l’agrandissement du service d’archéologie cantonale, dès 1985, que la situation s’est améliorée. Un effectif de personnel plus étoffé a permis d’étudier de façon cohérente et systématique les témoins menacés du Moyen–âge. Cependant, les activités se sont limitées, pour l’essentiel, aux fouilles d’urgence. Sur la base du mandat légal de l’archéologie cantonale et avec les moyens financiers disponibles, les fouilles scientifiques sont pratiquement impossibles. La protection des sites castraux mieux conservés n’est souvent garantie que grâce à des fondations et à l’Association des châteaux forts. Au travers du château de Nünegg, de l’" Äusseren Burg Wolhusen " et de la ruine d’Oberrinach, des dispositifs déjà en grande partie examinés ont fait l’objet de fouilles et d’études d’archéologie des élévations, dans le cadre de mesures de conservation. Dans la liste des objets nouvellement étudiés s’alignent notamment l’" Innere Burg Wolhusen " 1988/92, le château d’Heidegg 1989¬–98 au–dessus de Gelfingen et le château de Neuhabsburg à Meggen 1989/90.

Au cours de ces dernières années, la situation s’est encore modifiée. Des restrictions budgétaires substantielles au niveau de l’archéologie et de la protection des monuments dans le canton de Lucerne et des subsides étatiques toujours plus modestes rendent la réalisation du mandat légal de ces offices presque impossible et cela ne concerne pas que les châteaux forts et de plaisance. Malgré une situation financière tendue, l’archéologie cantonale a été en mesure de réaliser quelques projets importants dans le domaine de la recherche castrale, avec l’assainissement et l’examen du château de Kastelen près d’Alberswil 1998–2002 ou la fouille du château de Willisau en 2003. Actuellement, la restauration complète de la ruine de Nünegg est au programme, puisque malgré des mesures d’assainissement répétitives, elle menace désormais de s’effondrer.
Sandrine Wasem (Thun)

Karrer, Peter : Burgenarchäologie im Kanton Luzern – ein Lauf durch die Forschungsgeschichte
Mittelalter – Moyen AgeMedioevoTemp medieval, Zeitschrift des Schweizerischen Burgenvereins, 17. Jahrgang 2012, Heft 2, 65 - 87.

platzhalter

 
platzhalter
 
 
DE
FR
IT
RO
 
Geschäftsstelle des Schweizerischen Burgenvereins · Blochmonterstrasse 22 · CH–4054 Basel
T +41 (0)61 361 24 44
info@burgenverein.ch / praesident@burgenverein.ch