Mittelalter 2012/4
Heft 2012/4    1. Artikel

Castello di Mesocco – étude complémentaire sur l’histoire de sa construction

par Augustin Carigiet

Le Castello Mesocco, jadis le plus important château des Grisons, fut démantelé en mars 1526 par les troupes grisonnes. En 1925/26 le site du château a été épuré par " Pro Campagna ", sous la direction de l’architecte Eugen Probst. L’inventaire des ruines a pu être sécurisé par des mesures de consolidation appropriées. En 1986 déjà, la nécessité de réaliser de nouveaux travaux de sécurisation est apparue dans le cade de la construction de la route nationale. Ceux–ci se sont toutefois limités à la face nord de l’aménagement. Dans les années 2006 à 2009, les autres murs de la ruine ont pu être sécurisés, par étapes, par la " Fondatione Castello di Mesocco ". Les derniers travaux en date ont été encadrés par le service d’archéologie des Grisons. L’objectif de cette étude complémentaire sur l’histoire de la construction du Castello résidait dans la faculté de clarifier l’ordre chronologique relatif des vestiges de murs conservés.

La plus ancienne construction sur le site du château est une chapelle (1), datant du haut Moyen Âge (1), mise à jour par Eugen Probst dans la ruine de l’église carolingienne, dédiée à Saint Carpophore (2). Au nord de ces deux constructions sacrales, s’élevait un campanile (3) de 7 étages. Celui–ci a été dendrochronologiquement daté à l’année 1067(d).

La tour principale (4) est la plus ancienne construction de maître de l’inventaire actuel. Elle a sans doute été érigée avec la montée en puissance la " Famille de Sacco ", au 12e siècle. Un mur d’enceinte (5) plus ancien est recensé à la bordure ouest du plateau. Il relie l’angle sud–ouest de la tour principale avec l’angle nord–ouest du campanile.

Au 13e siècle, un premier logis seigneuriale (6) fut construit. Une annexe (7) est ensuite venue se greffer sur la face nord de ce premier corps de logis. Un mur de défense a par la suite permis d’étendre le domaine du château vers le sud–est (8). C’est dans cette partie qu’a été créée l’entrée du château, encore utilisée aujourd’hui. C’est également dans cette partie annexée que l’on a construit un bâtiment abritant des balnea (9).

Autour de 1400, avec la construction d’un logis seigneuriale de 3 étages (10), la Rocca est devenue un secteur intérieur fermé. Le mur de défense, entourant déjà l’extension au sud–est, a été surélevé de 2 mètres (11). En même temps, la tour sud (12) fut reconstruite. L’entrée existante du Castello s’est vue consolidée par l’annexion d’une tour–porte (13), sécurisée par une douve sèche. A la même époque, il a été procédé à un agrandissement du domaine du château vers le nord (14). Cette phase de transformation et d’agrandissement de la fin du 14e/début du 15e siècle a probablement été initiée par Albert de Sacco.

En 1480 le château fut vendu avec la seigneurie du Misox au milanais Gian Giacomo Trivulzio. Ce dernier transforma l’aménagement existant en véritable forteresse. Les murs d’enceinte d’alors ont été renforcés par des murs de devanture. Les tours massives (17–21) sont équipées de canons. Le chemin de ronde, large de plus de 3 mètres, était doté vers l’extérieur d’un parapet sur des corbeaux en gradins. Ce bastion milanais, clairement orienté vers le Nord, a finalement poussé les Grissons à le démanteler en 1526.

Sandrine Wasem (Thoune)

Carigiet, Augustin : Castello di Mesocco  Eine Nachuntersuchung zur Baugeschichte.
Mittelalter – Moyen AgeMedioevoTemp medieval, Zeitschrift des Schweizerischen Burgenvereins, 17. Jahrgang 2012, Heft 4, 190-198.

platzhalter

 
platzhalter
 
 
DE
FR
IT
RO
 
Geschäftsstelle des Schweizerischen Burgenvereins · Blochmonterstrasse 22 · CH–4054 Basel
T +41 (0)61 361 24 44
info@burgenverein.ch / praesident@burgenverein.ch